EISA DRC
See also: EISA Democratic Republic of the Congo (2004-2011)

Déclaration de la SYMOCEL sur le calendrier électoral et les dernières évolutions du processus électoral en République Démocratique du Congo
 

Project Website: http://www.projet-procec.org/


Party and candidate capacity building workshops undertaken

August 2018

August 2018 political party and independent candidate capacity building workshop

EISA, led by Executive Director Denis Kadima, in partnership with Agir pour des élections transparent et apaisées (AETA), conducted training workshops in Kinshasa from 10 to 17 August 2018. Train-the-trainer workshops were aimed at poll watching capacity-building for political parties and independent candidates. A further workshop on electoral dispute petitions was conducted for attorneys and representatives of parties and candidates. Political parties that nominated candidates and representatives of independent candidates competing at national and provincial were invited.

This crucial training was undertaken within the context of the controversial introduction of electronic and counting voting machines to be used in the presidential, National Assembly and Provincial Assembly elections scheduled for 23 December 2018. The workshops included a presentation by the Electoral Commission (CENI) officials on the electronic voting machines, who then addressed participants' questions.

Over 120 party representatives of parties and candidates, who wished to prepare themselves timeously for the pending elections, attended. The primary objective was to learn from mistakes made by parties and candidates in the previous General Election, so as to avoid the poor organisation, last minute improvisation and ineffectual operations that characterised their polling observation and election petition submission in 2011.

Trois messages de la Journée de la Femme des militants de la RDC

In English: Three Women's Day messages from DRC activists


Sœur Célestine Sumanende, membre du programme d'éducation civique de l'Université de Uele (PEDUC)Une transformation réelle passe par l'Education et la Formation

Comment participer convenablement aux affaires publiques et préserver par exemple le secret de son vote quand on ne sait pas lire? Bien que l'écart de scolarisation entre les hommes et les femmes ait reculé dans les milieux urbains, il demeure important dans les zones rurales. En milieu urbain, les femmes ingénieurs, médecins, professeur d'université sont visibles, ce qui n'est pas le cas des femmes des zones rurales. Or dans nos pays, l'éducation, le diplôme et la formation sont souvent un prérequis pour être à la table de décision et pour participer aux affaires publiques. Les activistes militant pour l'avancée des droits des femmes devraient poursuivre leur combat et soutenir les femmes dans les domaines de l'éducation et la formation. C'est pourquoi la SYMOCEL, dans son programme d'actions, a fait de l'éducation civique et électorale une priorité dans les villes, mais aussi dans les provinces de la RDC. Si on accroit leurs capacités, les femmes contribuent efficacement à changer les choses dans leurs collectivités et au niveau national. L'expérience qu'elles vivent dans leurs familles prouve à suffisance qu'elles sont capables de beaucoup de choses.

Sœur Célestine Sumanende, membre du programme d'éducation civique de l'Université de Uele (PEDUC)

Rachel Ndaya, coordonnatrice nationale du Réseau des Associations Congolaises de jeunesse contre le VIH/SIDAPorter l'information électorale aux femmes, où qu'elles se trouvent

La participation aux affaires publiques n'est plus une question d'homme, de femme ou de fille, mais une question de droits. Tout comme les hommes, les femmes quel que soit leur rang social sont concernées à divers égards par les élections. Elles sont ou aspirent à être électrices, candidates, observatrices, élues, activistes des droits humains et le fait est qu'à ces niveaux, divers obstacles contrarient l'exercice de ce droit, qu'ils soient d'ordre socioculturel, légal, logistique, ou sécuritaire etc...

En tant que mouvement de jeunes, le RACOJ entend faire la promotion de l'équité en matière électorale non plus uniquement dans les villes, mais aussi dans les zones rurales en y formant un noyau des jeunes filles leaders activistes. Au sein de ces communautés qui ont tendance à être prises en compte tardivement dans le processus électoral, il s'agira d'identifier les problèmes spécifiques à ces milieux, proposer des stratégies, sensibiliser sur le bénéfice du respect du Genre, mais aussi et surtout sur la question de la participation électorale. En effet, les capacités des femmes sont accrues lorsque l'information électorale leur est portée dans leur environnement, à savoir les marchés, écoles, universités, hôpitaux et au sein des familles. Il faut aussi envisager d'aborder des questions telles que la planification familiale. Ce sont des sujets sensibles et on pense souvent qu'ils n'ont rien à voir avec les élections. Il faut en parler car ils impactent la participation politique et électorale des femmes.

Rachel Ndaya, coordonnatrice nationale du Réseau des Associations Congolaises de jeunesse contre le VIH/SIDA

Florence Kamana, analyste mediaQuand l'élection se joue aussi dans les medias...

La faible représentativité des femmes dans les instances de prises de décision en RDC - gouvernement, parlement, partis politiques - est souvent évoquée, quoiqu'une avancée significative soit notée au niveau local où plusieurs femmes sont maires, administratrices de territoires, gouverneurs et vices gouverneurs de provinces.

A l'unité de Media Monitoring de la SYMOCEL, mise en place par le PROCEC, notre constat est que cette faible représentativité politique se traduit en faible volume de prise de parole et de temps d'antenne des femmes politiques dans les medias. Ce qui fait qu'on les entend peu sur les questions politiques et électorales importantes comme l'enregistrement des électeurs, le calendrier électoral, la loi électorale, etc. Il est donc important de créer les conditions pour que la congolaise s'implique à fond dans les affaires publiques, pour une représentation non discriminatoire au sein des institutions nationales, provinciales et locales.

Les statistiques montrent également que les medias couvrent l'actualité électorale, mais que cette information n'est pas toujours approfondie pour bien informer les populations sur les différentes phases du cycle électoral. Cela est d'autant plus important que les medias jouent un rôle crucial en période électorale. Ils ont non seulement une influence énorme sur le public en général, mais ils sont aussi indispensables aux électrices et aux candidates, pour leur information, guider leurs choix, faire entendre leurs voix et préoccupations, les rendre visibles et véhiculer leurs propositions pour une RDC meilleure.

Nous appelons donc les médias au respect du principe d'équité du genre dans les différentes émissions et à produire d'avantage d'émissions/articles abordant les questions liées au processus électoral.

Florence Kamana, analyste media

Lancement officiel du PROCEC

Introduction du projet

Le 11 septembre 2017, La Mission d'Observation Electorale de la Synergie des Missions d'Observation Citoyenne des Elections (MOE-SYMOCEL) a émis une déclaration portant sur le calendrier électoral et sur les dernières évolutions du processus électoral en République Démocratique du Congo.

A travers sa déclaration, la SYMOCEL attire l'attention des autorités électorales et des parties prenantes au processus congolais sur des problématiques majeures liées, notamment, à la nécessité de publier un calendrier électoral officiel ; à l'importance de déterminer les modalités de conduite du vote des Congolais de l'étranger de manière consensuelle et anticipée ; ainsi qu'à la mise en place de façon concertée et transparente du système de vote semi-électronique.

Tout au long de sa déclaration, la MOE-SYMOCEL rappelle l'importance du respect de l' " Accord de la Saint Sylvestre " du 31 décembre 2016 et de la primauté du droit dans la conduite des opérations électorales, afin d'optimiser les chances de la tenue des élections au plus tard en décembre 2017, comme mentionné par ledit accord.

Déclaration complète: Déclaration de la SYMOCEL

Lancement officiel du PROCEC piloté par EISA et financé par l'Union européenne

Le Projet de Renforcement de l'Observation Citoyenne des Elections au Congo (PROCEC) a été officiellement lancé mardi 7 juillet 2015 à Kinshasa, en République Démocratique du Congo (RDC). C'était au cours d'une cérémonie organisée en présence de l'Ambassadeur Jean-Michel Dumond, Chef de la Délégation de l'Union Européenne (UE) en RDC, de Monsieur André Mpungwe Songo, Vice-Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et de Monsieur Denis Kadima, Directeur exécutif de l'Institut Electoral pour une Démocratie Durable en Afrique (EISA).

Launch of the DRC La série d'allocutions prononcées au cours de la cérémonie a été ouverte par le mot de bienvenue de Monsieur Lucien Toulou, Chef du PROCEC. Exprimant son émotion de voir ce projet démarrer, il a ensuite exprimé sa reconnaissance vis-à-vis de l'UE, qui finance le projet, la CENI et tous les invités présents. On retiendra de son intervention que le PROCEC entend enrichir l'expérience actuelle de la société civile congolaise dans l'observation des élections en consolidant les acquis et en introduisant de nouveaux outils et approches susceptibles d'accroître le professionnalisme, la rigueur et l' impartialité des observateurs. Dans son propos, M. Denis Kadima a relevé que ce projet se veut professionnalisant. Il a ensuite réitéré que cette professionnalisation de la société civile congolaise dans l'observation citoyenne des élections suppose la mise en avant d'un certain nombre de critères essentiels tels que la neutralité, l'impartialité et l'objectivité. Il a également invité la société civile congolaise à être plus proactive dans l'analyse des développements électoraux et dans la plaidoyer pour des reformes. Launch of the DRC Pour sa part, M. Mpungwe de la CENI a souligné l'importance que l'organe de gestion des élections accorde à l'observation des élections et à l'implication des parties prenantes au processus électoral. Tout en déplorant le nombre très limité de rapports produits et publiés par les groupes nationaux et internationaux accrédités jusque-là par la CENI pour faire une observation de long terme du cycle électoral, il a rassuré les responsables du PROCEC de la disponibilité de la CENI à leur apporter tout l'appui nécessaire à la réussite de leur mission. Pour clôturer la série d'allocutions, l'Ambassadeur Jean-Michel Dumond a fait brièvement la genèse du projet avant de souligner que l'expertise et l'expérience démontrées par EISA et DRI seront très utiles pour accroitre le professionnalisme et la crédibilité des 11 organisations de la société civile sélectionnées comme bénéficiaires du projet. Launch of the DRC La cérémonie s'est achevée par une photo de famille suivie d'un cocktail offert aux invités. Le PROCEC vise à faciliter la mise en place de mécanismes nationaux cohérents, impartiaux, professionnels et durables d'évaluation de l'ensemble du cycle électoral en RDC. Il entend contribuer à l'efficacité et à l'effectivité de l'observation électorale citoyenne au Congo en dotant les organisations de la société civile qui y sont impliquées de connaissances, de compétences et d'outils leur permettant de comprendre, d'observer et d'analyser tous les aspects techniques d'un processus électoral, tout en s'affirmant comme des acteurs incontournables et reconnus dans la préconisation des réformes électorales.

Contact us

Privacy Policy
André Kabunda, Country Director - andre[at]eisa.org.za
+243 81 47 96 251 / +243 97 37 34 901
57 Avenue du Livre, Réf. DGRK .C/de la Gombe Kinshasa
http://www.projet-procec.org/

Donor

D'une durée de 24 mois, le PROCEC est financé par l'Union Européenne et mis en oeuvre par un consortium de deux organisations non-gouvernementales internationales : l'Institut Electoral pour une Démocratie Durable en Afrique (EISA) et Democracy Reporting International (DRI).